Si vous ne voyez aucun contenu...

Get Adobe Flash player


Archive pour la catégorie 'Zoom sur Tremplin'

Les Ateliers de Denise

mercredi 24 août 2016

image4Les ateliers créatifs, animés par Denise Barbezieux, bénévole reprennent

dans la Boutique O Fil du Temps.

Le principe: ouvert à tous(tes), il permet d’apprendre à créer des objets, accessoires de mode, de déco à partir de matériaux de récupération, en une journée.

Programme :

Vendredi 14 Octobre  de 10h à 16h : Création d’un sac en jean

Vendredi 18 novembre  de 10h à 16h : Création d’un bijou de sac ATELIER DENISE 2

Vendredi 16 décembre  de 10h à 16h : Décoration de Noël

Sur inscription uniquement auprès des salariés de la Boutique O Fil du Temps – PAF: 10€/atelier/pers  Matériel fournit- dans la limite des places disponibles

image2

Boutique O Fil du Temps Zac de Monternoz Péronnas ouverte du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h samedi de 10h à 18h  

 

Création de cabanes à livres

mercredi 24 août 2016

IMGP0001 (2)2016-07-12 14.07.33Le groupe de MCE Bourg (10 personnes environ) a travaillé sur la création de cabanes à livres pour les médiathèques de la ville de Bourg.

En effet une cabane « monstrueuse » a été installé à Césaire (Reyssouze), et une cabane « horloge » à Camus. La médiathèque Camus organise d’ailleurs tous les mercredis et samedis des après-midi lecture où des transats sont installés à l’arrière de la médiathèque. Une troisième cabane à livre est en cours de construction par la MCE Tremplin pour la médiathèque VAILLANT.

Le principe des cabanes à livres est de créer une sorte de librairie gratuite où tout le monde a le droit : de se servir des livres, d’emprunter, de donner, de prendre……

logo1 logo3 logo2 Cette action est cofinancée par le Fonds social européen dans le cadre du PON « Emploi et inclusion en Métropole » 2014-2020

Portrait de bénévole Daniel Cagnon

mercredi 19 mars 2014

photoDaniel CAGNON bénévole à l’Accueil de jour

On peut devenir bénévole après mûres réflexions mais ça peut aussi être le fruit du hasard ou d’une rencontre…

Après avoir effectué sa carrière professionnelle successivement  dans l’Armée de l’Air et EDF, Daniel a choisi d’occuper sa retraite dans le secteur associatif caritatif comme bénévole. Peu de temps avant de cesser son activité, il aperçoit dans l’arrière d’une cour, avenue du Faubourg de Macon, la mention « Resto du Cœur ». Il décide d’aller voir d’un peu plus près ce qui, à l’époque, n’est en fait qu’un dépôt de cette association. En repartant il tombe nez à nez avec une de ses connaissances Claude BARDET, l’ancien directeur de Tremplin et… tout naturellement en 2000, il fait ses débuts comme bénévole à la halte de jour.

Pour Daniel, ce qui est un peu déroutant au départ, c’est qu’on est à une époque charnière entre, d’une part les vrais routards de quarante ans et plus, avec un riche vécu d’expériences diverses et souvent des difficultés spécifiques dues à l’alcool et, d’autre part des jeunes de plus en plus nombreux, victimes de la crise et de la dégradation sociale avec des problèmes de drogue et des soucis financiers.

Mais quand on est bénévole à Tremplin, on n’est pas lâché tout seul dans un service. On fait équipe avec les salariés et d’autres bénévoles. Des formations d’une journée ont aidé Daniel à appréhender les problèmes posés et notamment l’accroissement important d’une population un peu différente qui bouleverse les structures autant que les mentalités.

 

Aujourd’hui  la moyenne d’âge des personnes accueillies est de 30 à 35 ans. Elles sont très demandeurs de services, de relations. A certaines, tout leur semble dû.  Mais d’autres, et ça réconforte Daniel, disent trouver à Tremplin un lieu où se poser et refaire surface.

 

Marie-Claude, épouse de Daniel, coiffeuse de profession, est devenue, elle aussi, bénévole un an après. Elle consacre une journée par mois à l’Association. Elle explique que la relation avec les personnes accueillies est un peu différente, d’abord parce qu’elle est là pour une tâche spécifique et que confier sa tête pour se faire coiffer demande un minimum de confiance.

 

Propos recueillis par Jacques Cotton